Le Voeu IFFPF

Facebook - IFFPF - Formation funéraire Twitter- IFFPF - Formation funéraire

Diplôme : 20 astuces pour préparer son oral ! !

Ça y est, vous y êtes, face aux épreuves orales tant attendues – et tant redoutées. Voici une liste de conseils et suggestions pour mettre toutes les chances de votre côté avant et pendant les épreuves.

Tout d’abord, mettez-vous dans la tête que l’interrogateur n’est pas là pour vous crucifier. Il a pour mission d’évaluer les candidats et de façon générale, prend du plaisir à passer un bon moment avec chaque candidat, il n’a donc pas pour objectif de vous déstabiliser à tout prix. Ce genre d’idées reçues est à bannir car elle génère un stress qui minimise la performance.

Avant toute chose et même si c’est une évidence on soigne son apparence. Un concours c’est comme un entretien d’embauche. Une tenue correcte (surtout pas négligée), habillée sans être trop stricte, confortable et adaptée à la saison est requise.

L’Epreuve orale

Cette épreuve consiste en un entretien individuel, d’une durée minimum de quinze minutes, et vise à évaluer la capacité du candidat à exercer la profession de maître de cérémonie ou de conseiller funéraire. L’épreuve orale donne lieu à une note sur 20 (soit 20% de la note finale).

 

AVANT L'EPREUVE...

1- Gare aux gris-gris

Evitez les gris-gris, doudous et objets fétiches porte-bonheur qui sont censés vous soutenir dans l’épreuve.  Si vous les oubliez, cela peut avoir un impact catastrophique sur votre performance. Mieux vaut s’appuyer sur des ressources internes, comme vos talents naturels, que sur des aides externes.

 

2- DORMEZ !

Dormez du sommeil du juste, c'est une excellente manière de récupérer, de reconstruire son énergie et par là même d'être moins stressé(e). Évitez au maximum les médicaments calmant qui pourraient vous endormir plus que vous relaxer au moment où vous avez besoin d’être en éveil. Néanmoins, si vous êtes particulièrement nerveux n’hésitez pas à consulter votre médecin qui aura peut-être une solution légère et adaptée à votre cas. Evitez à tout prix l’automédication !

 

3- Vous avez le trac

RES-PI-REZ ! L’une des façons les plus simples de diminuer la pression consiste à prendre plusieurs inspirations lentes et profondes pour ralentir votre rythme cardiaque.

 

4- Discutez avec les autres candidats…

Cela peut permettre de prendre un peu de recul vis-à-vis de l’épreuve et d’en détourner votre attention. Parlez de tout, de rien, de votre stage pratique, de la météo,... Evitez tout sujet et toute personne qui vous rend nerveux(se).

 

5- …Tout en ignorant soigneusement les légendes urbaines !

Tant de bruits de couloirs circulent, la plupart du temps infondés et du domaine de la fable, et ils peuvent être très anxiogènes. Evitez donc soigneusement tout sujet relatif aux examinateurs-tueurs et à ce qui s’est soi-disant produit sur d’autres sessions. Vrai ou pas : on ne peut en aucun cas préjuger de la relation qu’on va avoir avec un interrogateur, le tueur de l’un est le sauveur de l’autre !

 

PENDANT L'EPREUVE...

6- Soyez poli(e)

Dire bonjour, sourire, se présenter, remercier, vous met vous-même dans une attitude positive et sera agréable pour votre jury. Ça ne vous garantit pas une bonne note, mais ça met tout le monde, et surtout vous-même, dans de bonnes dispositions.

 

7- Vous avez encore le trac ? Dites-le !

En général, le trac s’envole assez rapidement une fois l’épreuve commencée. Cependant, si vous vous sentez paralysé(e), n’hésitez pas à dire que vous êtes nerveux(se): le reconnaître est un excellent calmant, votre examinateur sera compréhensif. C’est un truc auquel on pense peu, et qui pourtant est d’une grande efficacité.

 

8- Souriez !

Sourire vous met mentalement dans une attitude positive et vous rend plus communicatif(ve).  C’est agréable pour votre interlocuteur et a donc une influence positive sur lui. C’est tout simple mais ça fonctionne.

 

9- Regarder votre interlocuteur

Vous le savez, il est indispensable de regarder vos interlocuteurs, et ça n’est pas toujours simple dans ces conditions de soutenir le regard du jury. Souvenez-vous qu’il ne s’agit pas de regarder chaque membre fixement, mais de garder le contact visuel comme dans une conversation normale.

10- Ayez une attitude positive

Soignez votre posture, donnez le sentiment que vous êtes content d’être là. Dans les épreuves où vous êtes assis face à vos examinateurs, tenez-vous droit(e), légèrement penché(e) en avant, les avant-bras posés sur la table. Vous n’imaginez pas le nombre de candidats avachis, vautrés sur leur chaise, le bras passé derrière le dossier ! Le sourire, l’enthousiasme, le ton, le contact visuel participent aussi d’une attitude communicative et sont très appréciés par le jury.

 

11- Mettez-y de l’enthousiasme

S’impliquer dans ce que l’on dit et y mettre de l’enthousiasme rapporte. D’abord parce qu’un candidat qui s’ennuie, c’est un examinateur qui s’ennuie et qui s’agace car il y a bien des candidats à faire passer ! Un candidat enthousiaste est toujours plus communicatif et intéressant. Sachez-le, entre deux élèves de niveau similaire, l’un neutre voire négatif et l’autre souriant et enthousiaste, 2 à 3 points de différence assurés !

 

12- Mettez-y du ton !

Une bonne partie de la communication passe par le ton. Si vous vous exprimez de façon monocorde, votre examinateur va s’endormir. Rappelez-vous qu’il travaille à la chaîne et que tout ce qui lui permet de maintenir l’attention est bon pour lui.

 

13- Ralentissez le rythme!

Attention au rythme rapide et haché du candidat qui espère en finir ainsi au plus vite.  C’est difficile à suivre et tout aussi fatiguant qu’un ton monocorde. Gardez un débit posé, et n’oubliez pas de RES-PI-RER! Ne craignez pas les pauses et les blancs: vous avez le droit de réfléchir d’une part, et les examinateurs savent que parfois les candidats ont besoin de reconnecter leurs idées.

 

14- NE VOUS ENERVEZ PAS !

Si votre examinateur vous contredit, la probabilité pour qu’il cherche uniquement à vous nuire est proche de 0. Il peut vouloir vous pousser à vous exprimer, tester votre foi en vos arguments, ou tout simplement vous amener à corriger une erreur grossière. C’est étonnant le nombre de candidats qui se mettent en rogne dès qu’on pose une question qui semble contredire leurs propos. Rappelez-vous que l’examinateur est là pour vous évaluer, autant donc vous pousser à vous exprimer… par tous les moyens. Aussi cessez de vous imaginer qu’il trouve votre argumentaire ridicule, et continuez à argumenter, justement. Rappelez-vous que c’est l’examinateur qui met la note!  Et la note diminue de façon directement proportionnelle à l’ampleur de l’énervement du candidat.

 

15- Soyez vous-mêmes et dites ce que vous avez à dire

Ne cherchez pas à vous imaginer ce que l’examinateur veut entendre. Non seulement c’est un excellent moyen de se déconcentrer, mais aussi d’interpréter de travers les propos et l’attitude de votre interlocuteur. Dans les épreuves qui nécessitent l’expression de votre opinion personnelle, vous n’êtes en aucun cas jugé(e) sur votre point de vue, mais sur la cohérence d’arguments présentés avec conviction. Souvenez-vous que toute opinion est recevable si elle est correctement argumentée, donc évitez d’être péremptoire et de fonder votre argumentation sur des soi-disant vérités générales qui ne le sont que pour vous. Evitez à tout prix les “tout le monde sait que” et ce type d’expressions qui ont l’art de souligner la faiblesse de l’édifice sur lequel l’opinion énoncée repose.

 

16- Prenez votre temps pour répondre aux questions

Vous ne faites pas une course de vitesse, et une réponse ultra rapide ne vous vaudra pas une note plus élevée. N’ayez pas peur des silences, il est naturel de réfléchir avant de répondre à une question, et en temps normal vous le faites sans difficulté. Mieux vaut un élève qui prend le temps de réfléchir plutôt qu’un candidat qui fonce tête baissée sur la mauvaise piste. Réfléchir vous permettra aussi d’éviter de répondre par oui ou par non aux questions fermées. L’examinateur cherche à vous faire parler, pas à vous coincer !

 

17- Demandez une reformulation si nécessaire

Si vous avez le sentiment de ne pas bien comprendre la question, n’hésitez pas à demander une reformulation. Là encore, l’examinateur préfèrera répéter ou reformuler plutôt que de voir  le candidat répondre complètement à côté de la plaque.

 

18- Que faire si la réponse à une question a déjà été donnée?

Ne perdez pas de temps inutile à chercher le piège. L’examinateur peut chercher à vous orienter sur une erreur, ou à vous pousser à développer un point. Inutile de lui expliquer qu’il n’a pas dû bien vous écouter, que vous avez déjà répondu. Si vous êtes totalement certain de la validité de la réponse déjà donnée, reformulez et élaborez sur ce point.

 

19- Soyez à l’écoute de votre jury

Il arrive que des candidats rentrent dans un monologue accéléré, probablement dans l’espoir d’en finir au plus vite et d’éviter les questions. Quelle que soit le thème, ce que vous dit l’examinateur et les questions qu’il vous pose peuvent être des moyens bien utiles de vous orienter, de repérer des erreurs ou de développer sur un point, bref de donner toute la mesure de vos compétences car elles existent! Donc écoutez avec attention les questions de votre jury.

 

20- Décompressez !

Inutile de vous auto-flageller si une épreuve ne s’est pas très bien passée : c’est une perte de temps et d’énergie. Vous n’y changerez rien et vous augmenterez votre stress pour la prochaine épreuve.

En conclusion, bien se préparer c’est ça le secret ! C’est pourquoi vous entrainer au préalable avec votre formateur et votre entourage dans les conditions d’examen (montre en main) vous permettra en amont de faire votre autocritique et de relever les points positifs et les points négatifs !

Les Cahiers de l'institut

Les prochaines formations

Diplôme Assistant Conseiller funéraire
RENNES | MaN Maître de cérémonie > Diplôme Assistant funéraire | du 30/10/2017 AU 10/11/2017
Les inscriptions sont closes !
Formation funéraire IFFPF - Mise à niveau Conseiller funéraire à Directeur d'Agence
TOULOUSE | Mise à niveau Conseiller funéraire > Directeur d'Agence du 13/11/17 au 18/11/17
Les inscriptions sont closes !

L'interview du pro

L'interview du pro - Conseiller funéraire

L'interview du pro - Conseiller funéraire

Interview de Nathalie, 32 ans, assistante et conseillère funéraire depuis trois ans. • Qu’est-ce qui vous a conduit à exercer ce métier ? C’est la reprise de mes études qui...

En savoir +

Le Blog

Créer son propre site internet, c’est compliqué ?

Créer son propre site internet, c’est compliqué ?

Ca y est, vous avez passé avec succès votre niveau 6. Vous voilà désormais à la tête de votre propre agence funéraire. Développer votre activité et communiquer dessus va désormais...

En savoir +
L'inoubliable Anniversaire de l'IFFPF au salon de Villepinte !

L'inoubliable Anniversaire de l'IFFPF au salon de Villepinte !

Pompes Funèbres, thanatopracteurs, anciens et futurs stagiaires, amis de longue date et amis Facebook...Vous avez été nombreux à venir fêter les 20ans de l'IFFPF au salon de Villepinte !

En savoir +
Les jeux-concours de l'IFFPF !

Les jeux-concours de l'IFFPF !

Comme nous vous l'avons annoncé, l'IFFPF fêtera ses 20 ans au salon du Funéraire de Villepinte du 19 au 21 novembre 2015 !

En savoir +
André Chabot art assistant funeraire Cimetière cinéma culture Deuil diplôme diplome funeraire directeur pompe funebres dirigeant d'entreprise dirigeant entreprise ecole enfant enseignement entreprise examen diplome funeraire exposition film formation formation funeraire formation funeraire formation professionelle funéraire Humour iffpf interview jeu concours pompes funebres porteur professionnelle programme Psychologie reglementation funeraire rites roman policier stand iffpf témoignage thanatopracteur thanatopraxie